En quoi le COVID-19 est-il dangereux ?

L’actualité est dominée par un sujet en particulier : Un nouveau virus de la famille Corona se répand de plus en plus dans le monde, tandis que l’Allemagne semble avoir survécu au pire pour le moment. Après les premiers décès, des mesures de protection draconiennes ont été prises, qui ont depuis été assouplies à nouveau en raison de leur succès. Néanmoins, de nombreuses personnes sont encore déstabilisées.

Quelle est la dangerosité réelle du coronavirus ? Quand devez-vous entrer en quarantaine ? Qu’est-ce que le COVID-19 ? On vous donnera un aperçu et vous aidera à trouver des réponses à vos questions les plus importantes.

Qu’est-ce que le coronavirus ?

Lorsqu’on parle du « coronavirus », on fait en fait référence à une sous-espèce très spécifique et nouvelle de coronavirus. Ces virus appartiennent à leur tour au groupe des virus à ARN (acide ribonucléique). Les glycoprotéines sont encastrées dans leur enveloppe comme une couronne – les coronavirus doivent leur nom à cette particularité (corona = couronne). Ils sont divisés en coronavirus alpha et bêta, ces derniers étant plus fréquemment à l’origine de maladies graves.

Les coronavirus sont principalement présents chez les animaux, où ils peuvent provoquer des maladies respiratoires et gastro-intestinales. Toutefois, en raison de mutations, il existe aujourd’hui plusieurs coronavirus qui peuvent également infecter l’homme et se transmettre de personne à personne. Dans la plupart des cas, les coronavirus provoquent des problèmes respiratoires. Des maladies gastro-intestinales sont également possibles, mais leur gravité est plutôt insignifiante.

Les infections par les coronavirus surviennent généralement surtout pendant les mois d’hiver et sont à l’origine d’environ 5 à 30 % de toutes les maladies respiratoires aiguës. Ceux-ci n’affectent généralement que les voies respiratoires supérieures (nasopharynx avec rhume et mal de gorge), sont généralement légers et guérissent en une semaine.

Cependant, si l’infection s’étend aux voies respiratoires inférieures, des cours graves avec pneumonie et inflammation des bronches se produisent. Une infection simultanée des voies respiratoires par d’autres virus ou bactéries peut également entraîner des tableaux cliniques plus graves. Vous apprendrez dans cet article ce que l’on sait à ce jour sur le nouveau coronavirus et son origine.

SRAS-CoV-2, COVID-19 ou 2019nCoV – qu’est-ce que c’est ?

Fin 2019, une pneumonie causée par un virus jusqu’alors inconnu s’est fait remarquer dans la région chinoise de Wuhan. En janvier 2020, ce virus a été identifié pour la première fois et attribué à la famille des coronavirus. Initialement, il a été nommé 2019-nCoV (2019 novel coronavirus). En février, le virus a ensuite été officiellement rebaptisé SARS-CoV-2 (coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère).

Il est très similaire au virus du SRAS de 2003 (SRAS-CoV-1), tant d’un point de vue génétique que du point de vue du mécanisme par lequel le virus endommage l’organisme. Cependant, le SRAS-CoV-2 est beaucoup plus infectieux, il se transmet plus facilement et, par conséquent, se propage plus rapidement.

Mais heureusement, le taux de mortalité lié à l’infection par le SRAS-CoV-2 est inférieur à celui du SRAS-CoV-1, selon les résultats actuels. La maladie pulmonaire causée par le virus SRAS-CoV-2 est appelée COVID-19 (Corona Virus Disease 2019).

Comment contracte-t-on le nouveau coronavirus ?

Le virus SRAS-CoV-2 est transmis par des gouttelettes contenant le virus qui sont émises par une personne infectée, par exemple en parlant, en toussant ou en éternuant. D’une part, ces gouttelettes peuvent être inhalées directement par une personne saine et entraîner une infection (infection par gouttelettes).

D’autre part, ils peuvent aussi se poser sur des surfaces et des objets. En touchant ces surfaces contaminées, le virus se retrouve sur les mains et, en touchant ensuite le visage, il atteint la bouche, le nez et les yeux (infection par frottis). De là, il peut pénétrer dans le corps de la personne saine par les muqueuses et provoquer une infection.

Le virus peut survivre sur des objets contaminés pendant quelques jours. Par conséquent, le contact direct avec des personnes malades n’est pas nécessairement nécessaire pour l’infection ; le SRAS-CoV-2 peut également être transmis par les poignées de porte ou les poignées de main dans les transports publics, par exemple. Le lavage régulier des mains protège contre cette voie d’infection.

En outre, les aérosols, c’est-à-dire les plus petites gouttelettes présentes dans l’air et émises lors de la parole, font de plus en plus l’objet de recherches. Cet article explique dans quelle mesure le coronavirus est infectieux et comment il peut être transmis.

Peut-on être infecté par des animaux ?

Selon les spéculations actuelles, le virus a été transmis pour la première fois à l’homme par un animal sur un marché de Wuhan.

Entre-temps, il a également été confirmé que, selon l’espèce animale, la transmission du SRAS-CoV-2 de l’homme à l’animal ne peut être exclue. Des cas individuels ont déjà été signalés dans lesquels des chiens ou des chats ont été infectés par le virus chez l’homme. Les chats semblent être plus souvent touchés que les chiens. Les furets peuvent également être infectés, mais les porcs et les poulets ne le peuvent apparemment pas. Si un animal est positif, il faut le signaler au cabinet vétérinaire.

Cependant, la voie de transmission de personne à personne reste déterminante dans la propagation du virus. Il n’est donc pas nécessaire à l’heure actuelle de restreindre le contact avec les animaux domestiques. Il suffit de respecter les normes d’hygiène générales, comme se laver soigneusement les mains. En cas d’infection par le coronavirus, il faut cependant veiller à ne pas infecter les animaux, si possible, afin de les protéger.

Quels sont les symptômes du COVID-19 ?

Le coronavirus-2 du SRAS affecte principalement les voies respiratoires. Une infection se manifeste donc par des plaintes dans cette zone. Mais des symptômes systémiques – c’est-à-dire affectant l’ensemble du corps – s’expriment également. Les signes typiques de la maladie pulmonaire COVID-19 sont :

Les personnes infectées déclarent souvent se sentir généralement mal. D’autres symptômes tels que des rhumes, des douleurs dans les membres, des frissons, des maux de gorge, et parfois des maux de tête, des nausées et des diarrhées sont également possibles. La perte de l’odorat et du goût ainsi que la formation d’ecchymoses ont également été observées chez les personnes atteintes.

Les symptômes sont similaires à ceux de la grippe, mais se caractérisent généralement par l’apparition soudaine d’une fièvre supérieure à 39 °C et de violents maux de tête et douleurs dans les membres. Dans de nombreux cas, cependant, l’infection à coronavirus ne provoque que des symptômes légers et ressemble alors davantage à un rhume. Un parcours sans aucun signe de maladie est également possible.

Chez les enfants, la COVID-19 est généralement très légère, voire asymptomatique. Cependant, des cas isolés de syndrome inflammatoire ont été observés, avec fièvre, éruption cutanée, conjonctivite, accélération du rythme cardiaque, douleurs abdominales et vomissements dus à une réponse immunitaire exagérée, ressemblant au syndrome de Kawasaki.

Les femmes enceintes ne sont pas encore considérées comme étant plus exposées au SRAS-CoV-2 et, dans l’état actuel des connaissances, la transmission au fœtus n’est pas possible. Néanmoins, il convient de faire preuve d’une prudence particulière pour éviter l’infection par le virus pendant la grossesse. En raison du faible nombre de cas, il n’est pas encore possible de faire une déclaration fiable sur les dangers éventuels. En particulier en début de grossesse, une infection fébrile peut également avoir des conséquences graves.

Test de dépistage du coronavirus : comment le diagnostic est-il posé ?

En raison de ses symptômes typiques, une infection par le coronavirus peut facilement être confondue avec la grippe ou un rhume. Un diagnostic clair n’est donc possible que grâce à un test approprié.

Pour détecter le SRAS-CoV-2, il faut une sécrétion du nasopharynx ou des poumons. En règle générale, un écouvillon nasopharyngé est effectué à cette fin. À l’aide de la réaction en chaîne par polymérase (PCR), l’ARN viral (c’est-à-dire l’information génétique du virus) peut être détecté dans cet écouvillon en cas d’infection. Cette procédure peut être utilisée au plus tôt à partir du cinquième jour après l’infection et dure environ cinq heures, de sorte que la personne testée apprend généralement le résultat du test dans les 24 à 48 heures. Toutefois, des retards peuvent survenir en raison de la rareté des tests.

Les travaux sur les procédures de test supplémentaires sont actuellement menés à plein régime dans le monde entier. En particulier, des tests rapides sont en cours de développement et de test.1,2 Par exemple, le fabricant Bosch a annoncé un test rapide qui peut analyser un écouvillon de la gorge et du nez en 2,5 heures.7

Certains tests rapides sont déjà sur le marché et fournissent un résultat en quelques minutes à une heure (les spécifications du fabricant varient). Ces méthodes consistent généralement à rechercher dans le sang les anticorps que l’organisme produit contre le coronavirus lors d’une infection. Cependant, il faut environ 14 jours à partir du moment de l’infection pour que suffisamment d’anticorps soient produits pour être détectés par le test d’anticorps.

Par conséquent, ces tests rapides courent le risque de ne pas indiquer de manière fiable une infection existante. Toutefois, les tests sanguins permettent également de détecter une infection antérieure par le coronavirus.

Quand faut-il se faire dépister ?

Si l’on découvre chez soi des signes de maladie qui pourraient être révélateurs du COVID-19, il est logique de consulter un médecin. Le médecin décidera alors si un test doit être effectué. Un cas suspect à déclarer existe si des symptômes sont présents et que l’on a été en contact avec une personne infectée au cours des 14 derniers jours ou s’il y a des indications de pneumonie et qu’il y a un lien avec une accumulation de pneumonie (par exemple dans des établissements de soins ou un hôpital).

Si vous pensez avoir contracté le nouveau coronavirus, veuillez ne pas vous rendre au cabinet de votre médecin afin de ne pas infecter les autres personnes présentes dans la salle d’attente. Demandez conseil à votre médecin généraliste par téléphone ou appelez le service médical de garde au 116117.3 On vous aidera à évaluer correctement le risque et à décider des mesures à prendre.

Le Robert Koch Institute (RKI) a établi des directives à l’intention des médecins pour savoir qui doit être testé, quand et pourquoi.4 Sur la base de ces critères, les médecins peuvent décider quand un test de dépistage du coronavirus est approprié et ainsi éviter des tests superflus qui pèseraient inutilement sur le système de santé.

Infecté par le coronavirus – que faire ?

Afin d’éviter toute propagation, il convient d’éviter tout contact avec d’autres personnes dès les premiers signes de la maladie ou en cas de résultat positif au test, et de consulter un médecin à un stade précoce.

Les personnes infectées sont invitées à se mettre en quarantaine domestique et sont examinées régulièrement. La quarantaine peut être levée deux jours après la disparition des symptômes du COVID-19.

L’hospitalisation n’est nécessaire que dans les cas graves. En règle générale, les parents et les contacts proches des personnes infectées sont également isolés, car il est fort probable qu’ils aient déjà été infectés. Pour eux – comme pour les rapatriés des zones à risque – il est demandé de passer 14 jours en quarantaine domestique. Ce n’est qu’après cette période que l’on peut exclure avec certitude la possibilité d’une infection.

Évolution de l’infection – quel est le degré de dangerosité du nouveau virus ?

La période d’incubation – le temps qui s’écoule entre l’infection par le virus et l’apparition des premiers symptômes de la maladie – est assez longue pour le SRAS-CoV-2. Il peut durer jusqu’à 14 jours. Pendant ce temps, la transmission à d’autres personnes est théoriquement déjà possible.

Dans la plupart des cas (environ 80 % des cas), la COVID-19 est bénigne. Les signes de la maladie disparaissent après environ une semaine sans qu’aucune thérapie ne soit nécessaire – les personnes touchées sont alors considérées comme guéries. Une infection peut même être totalement asymptomatique.

Après une infection, les anticorps formés initialement rendent la personne immunisée contre une nouvelle infection. La question de savoir si et pendant combien de temps cette immunité est présente chez les personnes guéries fait encore l’objet de recherches.

Toutefois, le risque d’une évolution plus sévère est sensiblement accru, en particulier chez les personnes âgées ou les personnes présentant des pathologies préexistantes (par exemple, maladie coronarienne, diabète sucré, asthme bronchique, BPCO ou autres maladies respiratoires). L’obésité ou certains groupes sanguins peuvent également favoriser une évolution sévère.

Au cours de la maladie, une pneumonie bilatérale, une septicémie (empoisonnement du sang) et une défaillance de plusieurs organes peuvent survenir. Dans ces cas, un traitement en milieu hospitalier et, dans certaines circonstances, un traitement en unité de soins intensifs avec respiration artificielle peuvent s’avérer nécessaires.

Aucune déclaration précise ne peut encore être faite sur le taux de mortalité (létalité), étant donné que de nombreuses infections n’ont pas encore été éliminées et que le nombre d’infections réelles est également supposé être sensiblement plus élevé que le nombre de cas signalés. Selon les premières analyses de données de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le taux de létalité dépend de la région et se situait initialement entre 0,7 et 4 %. À l’heure actuelle, la mortalité moyenne dans le monde est de 4,56 % ; en Allemagne, elle est également de 4,56 %6 (au 10.07.2020).

Quel est le traitement pour le COVID-19 ?

De nombreux scientifiques de différents pays travaillent actuellement d’arrache-pied à la mise au point d’une thérapie pour le COVID-19, mais il n’existe toujours pas de thérapie spécifique qui pourrait être utilisée pour combattre le SRAS-CoV-2, qui est à l’origine du COVID-19. Seule une thérapie symptomatique peut être utilisée pour soulager les symptômes.

En outre, les infections par d’autres virus ou bactéries doivent être évitées afin de ne pas aggraver l’évolution de la maladie. Cela inclut également la prévention des thromboses avec des anticoagulants, car les autopsies des patients décédés du COVID-19 ont montré que des embolies pulmonaires se produisent souvent.

Une surveillance médicale intensive à l’hôpital n’est nécessaire que si les voies respiratoires sont gravement atteintes. Vous trouverez ici de plus amples informations sur le traitement du COVID-19 et les médicaments possibles.

Comment se protéger du coronavirus ?

La règle de base est de rester calme. Même si le nouveau virus semble effrayant pour de nombreuses personnes, la panique ou des mesures de protection exagérées ne sont pas appropriées. On gagne déjà beaucoup à adopter une approche normale et hygiénique de soi-même et des autres, comme cela est toujours recommandé pendant la saison de la grippe.

L’OMS recommande les mesures suivantes pour se protéger contre le nouveau coronavirus et empêcher sa propagation :

Protège-dents, gants et désinfectant – de quoi avez-vous besoin ?

Pour les personnes en bonne santé qui ne sont pas en contact avec des personnes infectées, ni le port de gants en caoutchouc, ni le port d’un protège-dents ou de lunettes de protection n’ont d’autre effet protecteur. Toutefois, si vous êtes vous-même infecté (éventuellement sans que cela passe inaperçu), vous pouvez empêcher vos contacts de s’infecter en portant un protège-dents. Dans ce cas, une bonne hygiène des mains et l’utilisation correcte du protège-dents sont particulièrement importantes. Vous trouverez des instructions à ce sujet sur le site Web de l’OMS.

Même si l’effet protecteur du protège-dents pour le porteur n’a pas encore été scientifiquement prouvé, les experts estiment que le port d’un protège-dents en public pourrait contribuer à protéger d’autres personnes et donc à ralentir la propagation du coronavirus, à condition qu’il soit utilisé correctement et que toutes les autres mesures de sécurité soient respectées. Par conséquent, le port d’un protège-dents est obligatoire dans certains domaines de la vie en Allemagne.

Les désinfectants font actuellement l’objet d’une pénurie. C’est pourquoi les cliniques et les cabinets médicaux sont également en rupture de stock, alors qu’ils en ont un besoin urgent. Se laver les mains avec de l’eau et du savon a le même effet protecteur dans la vie quotidienne que se désinfecter les mains avec un désinfectant. En n’utilisant pas de désinfectant, vous pouvez contribuer à éviter de nouvelles pénuries dans les endroits qui comptent.

Vaccinations pour se protéger contre les infections

Il n’existe pas encore de vaccin contre le SRAS-CoV-2. Selon les experts, il faudra peut-être attendre un certain temps avant qu’un tel vaccin soit développé et suffisamment testé. Cependant, les premiers vaccins possibles sont déjà en phase de test.

Pour certains groupes de personnes, il est recommandé de rattraper les vaccinations contre le pneumocoque si l’on n’a pas encore été vacciné. Ceci afin d’éviter une infection simultanée et donc plus risquée par le SRAS-CoV-2 et le pneumocoque. Les médecins généralistes peuvent fournir de plus amples informations à ce sujet.

Pour la même raison, la vaccination contre la grippe peut également être conseillée aux groupes à risque. Bien que cela ne protège pas contre l’infection par le SRAS-CoV-2, outre le fait d’éviter une double infection, cela peut également permettre d’écarter plus rapidement la possibilité d’une grippe en cas de symptômes ou, à l’inverse, d’éviter des tests et des quarantaines inutiles liés au coronavirus.

Évolution de la pandémie de Corona jusqu’à présent

Fin 2019, la ville chinoise de Wuhan a connu une augmentation des pneumonies, dont le déclencheur était inconnu et qui a rapidement conduit aux premiers décès. Au cours du mois de janvier 2020, un nouveau coronavirus a été identifié comme l’agent causal. On soupçonne un lien entre l’infection du « patient 0 » et la visite d’un marché de poissons et de fruits de mer dans la ville de Wuhan, mais l’origine exacte n’est pas encore claire. On soupçonne que le virus a muté et a été transmis par un animal sauvage à la première personne touchée.

Parti de Chine, le virus s’est d’abord propagé au Japon, en Corée du Sud et en Thaïlande. Il s’est rapidement répandu dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est. Les premiers cas en dehors du continent asiatique sont apparus en Australie, aux États-Unis et en France à la fin du mois de janvier. Cependant, des analyses ultérieures d’échantillons sanguins stockés provenant de patients atteints de pneumonie montrent que le virus pourrait être arrivé en France dès la fin de l’année 2019.

Le 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence sanitaire internationale afin d’éviter toute nouvelle propagation.

En Chine, des mesures drastiques ont été prises très tôt, comme une quarantaine prolongée à Wuhan combinée à la suspension de tous les transports. Selon l’OMS, ces mesures se sont avérées efficaces pour limiter la propagation du virus. Néanmoins, le COVID-19 a continué à se propager loin de la Chine, à tel point que le 11 mars 2020, l’OMS a déclaré que l’épidémie était une pandémie, c’est-à-dire une maladie qui s’est propagée sur tous les continents.

Les régions les plus touchées en dehors de la Chine sont actuellement les États-Unis, le Brésil, l’Inde, la Russie, le Pérou, le Chili, le Royaume-Uni, le Mexique, l’Espagne, l’Iran, le Pakistan, l’Italie, l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, la France et l’Allemagne (au 10.07.2020). Des mesures sont prises dans le monde entier pour mettre fin à la pandémie le plus rapidement possible.

Propagation en Europe

Le virus a été détecté pour la première fois en Europe (fin janvier 2020) en France puis en Allemagne, mais s’est rapidement propagé sur la quasi-totalité du continent. Le Royaume-Uni est actuellement le plus gravement touché.

Des mesures de protection ont été et sont actuellement adoptées et appliquées par les responsables politiques dans toute l’Europe. L’UE et les différents pays et régions s’efforcent ainsi de limiter au maximum la propagation de la maladie et de mettre fin à la pandémie le plus rapidement possible. Dans de nombreux endroits, les mesures ont déjà été à nouveau assouplies.

En Italie, par exemple, qui était initialement l’un des pays les plus durement touchés, toutes les écoles, universités et crèches ont été fermées, seuls les magasins de produits alimentaires et de santé restant ouverts. Les citoyens ont été priés de rester chez eux. En quittant la maison, il fallait se munir d’une auto-déclaration de la nécessité de sortir. Entre-temps, ces mesures ont été à nouveau assouplies.

La situation en Allemagne

En Allemagne, le gouvernement fédéral a mis en place une équipe de crise qui travaille en étroite collaboration avec l’Institut Robert Koch pour contenir l’épidémie.

Les mesures prises varient d’un État à l’autre et d’une région à l’autre, mais entre-temps, les écoles, les jardins d’enfants et les universités ont été fermés dans toute l’Allemagne, de même qu’un grand nombre de magasins. Les voyageurs étrangers ont été ramenés en Allemagne dans le cadre d’une grande campagne de rapatriement. Après une évolution positive du nombre d’infections, les restrictions ont été ou sont progressivement assouplies. Cependant, les citoyens sont toujours invités à réduire autant que possible les contacts sociaux (« distanciation sociale » ou « distanciation physique »), également pour réduire le risque d’une deuxième vague.

Ce qu’il faut prendre en compte pour l’instant, c’est :

Bien que la situation soit considérée comme grave (la menace pour la situation sanitaire est considérée comme élevée), il n’y a aucune raison de paniquer, ni de négliger les mesures de sécurité recommandées (étant donné la diminution du nombre de nouvelles infections). L’important est de rester informé de la situation, de suivre les mesures d’hygiène recommandées et les recommandations du gouvernement et des institutions sanitaires.

Veillez à ne vous informer qu’auprès de sources fiables, car les informations erronées et les rumeurs, comme celles qui sont parfois déjà diffusées sur les médias sociaux, ne font qu’alimenter des craintes inutiles.

Quelle est la situation actuelle et où peut-on trouver des mises à jour ?

Les sources suivantes peuvent vous aider à vous renseigner sur la situation actuelle :

Mesures de sauvegarde : une question de solidarité

Même si les mesures visant à contenir la pandémie de Corona sont associées à des restrictions pour les individus, comme la liberté de voyager ou l’annulation de certains événements, l’objectif premier était et reste de contenir ou de retarder autant que possible la propagation du virus. En retardant la propagation du virus, les chercheurs disposent de plus de temps pour développer des moyens de traitement et de prévention du COVID-19.

Ces mesures peuvent également éviter que le système de santé ne soit surchargé par trop de cas à la fois. Dans ce cas, les soins médicaux pour d’autres cas, comme une appendicite ou un accident de voiture, ne pourraient plus être garantis.

De plus, même si les personnes en bonne santé survivent souvent à une infection par le coronavirus sans aucune conséquence, il existe toujours un risque de contaminer des personnes à la santé affaiblie, pour lesquelles la maladie peut être fatale. Pour cette raison, le respect des mesures de protection est également une question de solidarité.

Critique des mesures de protection en Allemagne

Cependant, les mesures de protection de grande envergure sont également sujettes à critique, car certains les considèrent comme exagérées au regard de l’ampleur réelle des décès enregistrés à ce jour. On fait souvent la comparaison avec la saison annuelle de la grippe. Lisez ici pour savoir si la grippe et le COVID-19 sont comparables et quelles sont les différences.

Les scientifiques soulignent que le nombre relativement faible de décès en Allemagne (par rapport à d’autres pays ne disposant pas de telles mesures de protection) ne peut être attribué qu’à l’efficacité des mesures précoces et globales. Ainsi, si les mesures préventives ne présentent que peu ou pas d’avantages pour les individus, elles sont considérées comme très efficaces pour la communauté. Dans la recherche, le terme Paradoxe de la prévention a été utilisé pour ce phénomène depuis les années 1980.

Épidémies précédentes avec des coronavirus

Le coronavirus du SRAS (SARS-CoV) appartient aux coronavirus bêta. Contrairement aux autres coronavirus, le coronavirus du SRAS s’attaque principalement aux voies respiratoires inférieures. Cela déclenche des évolutions graves de la maladie, qui peuvent se caractériser, entre autres, par le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le taux de mortalité à la suite d’une infection par le SRAS est nettement plus élevé que celui des coronavirus classiques.

En 2003, le virus du SRAS s’est répandu dans le monde entier à partir de la Chine. Environ 8 000 personnes ont été infectées et plus de 800 sont mortes des suites de la maladie. Comme le SRAS et le SRAS-CoV-2, le coronavirus MERS est l’un des bêta-coronavirus les plus dangereux et a été détecté pour la première fois chez l’homme en 2012. Il présente un taux de mortalité encore plus élevé, mais sa propagation n’a pas atteint les proportions des deux coronavirus du SRAS.

 

Savoir utiliser les produits cosmétiques et de soin de la peau
Tout savoir sur le génie génétique