Quels sont les conditions pour accéder à l’alternance ?

Alternance

Le contexte actuel – marqué par les impacts de la pandémie – a fortement influencé le plan de relance économique. Ainsi, pour pallier au chômage suscité par la crise économique, beaucoup d’entreprises se sont tournées vers le recrutement d’alternants. Mais quelles options s’offrent à vous pour accéder à l’alternance ? Quelles sont les conditions pour pouvoir accéder à l’alternance ? Découvrez ce que vous devez savoir sur l’alternance.

Accès à l’alternance : le contrat d’apprentissage

Pour accéder à l’alternance, deux options de contrats s’offrent à vous : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. De même, il existe plusieurs formations avec lesquelles faire votre choix pour votre alternance. Dans cette optique, d’innombrables jeunes se tournent vers un secteur porteur avec une formation dans une école de commerce en alternance.

Le contrat d’apprentissage est un des moyens pour accéder à l’alternance. C’est un contrat de travail conclu entre un salarié et son employeur. Ce contrat vise la formation de jeunes – capables d’évoluer dans leur secteur de spécialisation – en leur permettant de suivre une formation tant théorique que pratique. Ainsi, si vous êtes dans une école de commerce en alternance, vous pouvez en même temps travailler dans le secteur du commerce. Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

  • Être âgé de 16 à 29 ans révolus, avec quelques exceptions sous conditions. Aucune limite d’âge n’est, en effet, requise pour les personnes handicapées. Il en est de même pour les apprentis qui sont en préparation d’un diplôme supérieur à celui obtenu où il est possible d’entrer en apprentissage au-delà de 29 ans.
  • Jeunes de moins de 15 ans qui a achevé le premier cycle de l’enseignement secondaire. Il est possible pour eux d’entrer en apprentissage en tant que stagiaire de la formation professionnelle dès qu’ils atteignent l’âge de 15 ans et un jour.

La durée du contrat d’apprentissage pour une alternance est de 6 mois à 3 ans en CDD selon la durée du cycle de formation ou bien un CDI.

Accès à l’alternance : le contrat de professionnalisation

Grâce au contrat de professionnalisation, un salarié peut acquérir une qualification professionnelle dans le cadre d’une formation continue. Il s’agit d’un contrat de travail en alternance conclu entre un salarié (selon certains critères) et un employeur du secteur privé. De ce fait, il vous permet en même temps de vous former (dans une école de commerce en alternance par exemple) et de mettre en pratique les choses apprises au sein d’une entreprise.

Le contrat de professionnalisation conjugue formation pratique et formation théorique dans un organisme de formation dont la finalité est d’obtenir une qualification professionnelle en adéquation avec les attentes du poste. La durée du contrat peut être un CDD tout comme un CDI.

Les personnes concernées au contrat de professionnalisation sont les suivantes :

  • Jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus qui complètent leur formation initiale ;
  • Personnes bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) ;
  • Personnes bénéficiaires de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) ;
  • Personnes bénéficiaires de l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) ;
  • Personnes sortant d’un Contrat Unique d’Insertion (CUI).

Quels établissements de formation pour l’alternance ?

En fonction du contrat d’alternance choisi, les types d’organismes de formation vont différer. La loi « Avenir professionnel » de 2018 simplifie la structure juridique des organismes qui sont habilités à dispenser des formations en apprentissage. Dans cette optique, tout organisme de formation peut dispenser une formation en apprentissage si les statuts le précisent.

Différents types de structures peuvent être mentionnés, mais de manière générale, la majorité des formations en apprentissage sont dispensées dans un Centre de Formation des Apprentis ou CFA comme dans une école de commerce en alternance. Il y a également les sections d’apprentissage (SA) pour répondre à un besoin spécifique de formation. De la même manière, peuvent être considérées les Unités de Formation par Apprentissage (UFA) ainsi que les établissements sous convention de prestation de services et ceux habilités à délivrer une formation professionnelle par l’inspection de l’apprentissage.

Dans le cas d’une formation en professionnalisation, les textes affirment que toute personne (morale ou physique) peut exercer de façon libre des activités de formation professionnelle continue. Il suffit que l’organisme en formation en question soit habilité à dispenser la formation.

À noter que ces organismes de formation en alternance sont soumis à quelques obligations comme :

  • La nécessité de déclaration de leur activité ;
  • La soumission à la convention collective nationale des organismes de formation ;
  • L’établissement d’un bilan pédagogique et financier avant le 30 avril de chaque année ;
  • L’application de principes comptables spécifiques.

Pourquoi embaucher un alternant ?

Le choix de la formation en alternance (dans une école de commerce en alternance par exemple) est aussi avantageux tant pour l’apprenti ou le salarié et l’organisme formateur.

Pour les apprentis

  • Un statut avantageux – la personne jouit en même temps du statut d’étudiant et du statut de salarié ;
  • Une meilleure insertion professionnelle suite aux expériences acquises grâce à la pratique ;
  • Un diplôme équivalent à celui obtenu avec une formation initiale, mais avec une valorisation des expériences professionnelles.

Pour l’organisme formateur

  • Un renforcement des équipes avec des personnes aptes ;
  • Une occasion de faire face aux turn-over au sein des entreprises ;
  • Un avantage financier grâce à la rémunération bien moins conséquente d’un alternant par rapport à un salarié normal.
Choisir le meilleur fournisseur d’énergie pour soi
Funky Trunks : des maillots de bain fun et performants